Accès client

Appendice H - Formation DGR IATA 58

IATA, dans la prochaine edition des DGR à paraître (Edition 58), prévoit une évolution de la formation sur le transport aérien des matières dangereuses. Cette évolution fait suite à des directives de l'OACI.

Cette refonte se trouve à l’appendice H, c’est à dire qu’elle ne sera pas applicable en l’état, mais constitue une première approche dans l’attente des retours des membres, pour une publication définitive en 2018 pour une application en 2019 ou 2020.

Rien ne presse donc.

Vous pouvez ici consulter cet appendice H en Anglais.



IATA annonce la volonté de mieux cibler la formation afin que les personnes en charge des transports aériens de matières dangereuses aient les meilleures compétences possibles pour réaliser leurs tâches conformément à la réglementation.

L’idée est donc de cibler la formation en fonction des compétences attendues. Il sera donc exigée que chaque employeur détermine, sous forme de fiches de fonction par exemple, quelle sont les compétences attendues de ses salariés en terme de capacité à mettre en oeuvre la réglementation DGR IATA.

Pour aider les employeur dans cette tâche, IATA a défini des unité de compétences et pour chacune de ces compétences, des critères de performance, afin de pourvoir en évaluer l’acquisition par les opérateurs.

Le principe de « apter la formation aux responsabilités et tâches accomplies » n’a pas changé, mais une approche plus fine sera demandée.

Voici donc un résumé des modifications à venir : 

Les tableaux du 1.5 (formation par catégories) sont suprimés : 
IATA rappelle que ces tableaux avaient été établies comme des conseils et déplore qu’il aient été pris comme des obligations à suivre « à la lettre ».

IATA déplore qu’ainsi, sur les attestation de formation, on trouve les catégories de ce tableau et non les fonctions que peuvent assumer les personnes formées. Elle déplore ainsi que nombre de stagiaires apprennent en formation des prescriptions sur des matières et objets qu’elles n’auront jamais à traiter.


Notre avis : Certe, la position de IATA est recevable : mais les organismes de formations et IATA dans son guide pour les organismes accrédités, ont voulu faire en sorte que les stagiaires soient à même d’être autonome devant la réglementation, et au delà d’appliquer simplement une procédure écrite pour un produit A, qu'ils soient capable d’aller chercher les prescriptions applicables pour un produit qui n’est pas celui habituel. IATA s’attaque ici à toutes les formations INTER-ENTREPRISE qui sont forcément un peu générique mais qui permettent d'acquérir de vraies connaissances réglementaires.

Dans l’avenir, ce sera donc à chaque employeur de déterminer quelles compétences pour quels salariés et de rédiger son propre programme de formation.


Evaluation: 


IATA déplore que la seule évaluation qui soit faite, soit celle des connaissances en fin de formation (Examen DGR).

IATA exigera que, dans le programme de formation de chaque salarié, il soit également prévu d’évaluer les compétences à partir des performamences attendues pour le salarié : il ne s’agira donc plus simplement du test de connaissances en fin de formation, mais également d’une évaluation du salarié sur son poste de travail.

IATA donne ensuite un premier projet du texte du chapitre 1.5 et demande un premier retour pour le 31 mars 2017.


En voici la substance : (traduit de l'anglais par nos soins)

Formation initiale obligatoire et recyclage tous les deux ans dans les trois mois qui précède la fin de validité (sans changement sur cette date de validité). (Inchangée mais ce n'étaient pas directement dans les DGR mais dans le cahier des charges des organismes de formation)

Evaluation obligatoire en fin de formation.

Tous les opérateurs doivent établir un programme de formation sur les marchandises dangereuses. AUjourd'hui, c'était seulement pour les "exploitants" (compagnies aériennes).

IATA demande à ce que les programmes de formation des opérateurs soient examinés par les autorité nationales. Elle les rends obligatoires pour les agents des postes et le conseille fortement pour les autres opérateurs.

Chaque employeur devra donc établir un programme de formation TMD. Un programme de formation comprend des éléments tels que la méthodologie de conception, l'évaluation, la formation initiale et périodique, les qualifications des instructeurs et des compétences, les dossiers de formation et de l'évaluation de l'efficacité de la formation.

Chaque employeur peut organiser lui-même cette formation où s’appuyer sur des formateurs ou organismes extérieurs. 

A chaque changement de poste de travail, il faudra évaluer si le salarié possède les connaissances et les compétences pour le nouveau poste. Il faudra éventuellement compléter sa formation pour son nouvel emploi.

Le personnel doit être également formé pour reconnaître les dangers présentés par les marchandises dangereuses, à manipuler en toute sécurité et d'appliquer les procédures d'interventions d'urgences appropriées.

Un dossier individuel doit être établi avec un certain nombre d’information obligatoire sur la formation, l’organisme, et la preuve de l’évaluation des compétences au poste de travail.

Des critères de compétences pour les formateurs sont déterminés, mais rien de nouveau : il est fait références aux règles exigées par IATA pour les organismes représentant commercialement IATA.

Un schéma termine cette annexe H : Il permet de définir les compétences en fonction des étapes de la chaine logistique que doit maitriser la personne à former (voir le document IATA)

Nous vous tiendrons bien évidemment informé de l'application qui en sera faite en France et comment la DGAC souhaitera que soit mise en oeuvre cette réforme.

 

JoomSpirit